1Je suis allée marcher sur les chemins de Compostelle durant 3 semaines cet automne. Et je suis revenue zen mais sans envie de faire quoi que ce soit. J’étais au neutre.

À l’intérieur, ça me disait de ne rien faire, de plus, mes cours de méditation n’ont pas eu lieu et j’ai eu moins de massages comme si tout concourait pour ne me laisser faire que le minimum. Et j’en ai profité.

J’ai fait le silence autour de moi en me désabonnant des sites qui ne me sont plus utiles. J’ai créé de l’espace en donnant des vêtements, des livres, en jetant de la paperasse qui m’encombre et me débarrassant de ce qui ne me plait plus.

Tout ce ménage extérieur m’a obligé à me connecter à ce qui est essentiel pour moi.

2Et pour une des rares fois, j’ai écouté ce mouvement intérieur de ne rien faire. J’ai fait confiance que de tout ce rien, émergerait quelque chose.

Et voilà, depuis hier, graduellement, l’inspiration m’est revenu, plein d’idées me viennent pour mes cours, mes programmes. J’ai des idées pour un webinaire que je ferai le 10 janvier. J’ai aussi une petite voix qui me dit reste connectée à ce qui est important pour toi et choisit le rythme de ta vie qui te permet de faire professionnellement des activités qui te nourrissent mais prévois aussi du temps pour ta famille et tes amis. Et surtout ne t’oublie pas, prend du temps régulièrement pour toi pour rester en connexion avec ce qui te fais vibrer.

Et ce qui vient, arrive avec le plaisir et la joie de le faire, ce n’est pas « je dois faire » mais plutôt j’ai envie, je veux faire cela, je suis enthousiaste et pleine d’énergie, la créatrice en moi se réjouit. C’est beaucoup plus léger quand on fait des choix qui vont nous permettre de respirer.

Si vous êtes comme moi, vous vous êtes surement fait dire qu’il y a des choses qu’on doit faire et à force de vous l’être fait dire, vous l’avez intégré. Est-ce pour autant la réalité ? Quand maintenant, je m’entends dire je dois faire ça ou que je n’ai pas le choix, je me mets à regarder ce devoir ou ce manque de choix de plus près.

Pourquoi je dois faire cela ? Pour plaire, pour ne pas être jugé ou parce que quand c’est fait, je me sens mieux.

Quand c’est ce qui est extérieur à moi qui me dicte ce que je dois faire, je suis définitivement plus dans le devoir que dans le plaisir.

Aspirez-vous comme moi à plus de légèreté, plus de plaisir dans votre vie?

Quels sont les moyens que vous prenez pour y arriver?

Francine
Les derniers articles par Francine (tout voir)

Gratuit : Les 7 mythes qui vous empêchent de méditer

Inscrivez-vous pour recevoir 7 vidéos, un manuscrit sur les bienfaits de la méditation et mon infolettre gratuitement.

Nous avons bien reçu vos informations. Merci!

Share This